Ezio Gribaudo | Pierre Restany – 1965
Sito web ufficiale dell'artista Ezio Gribaudo
1084
post-template-default,single,single-post,postid-1084,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.2,vertical_menu_enabled,paspartu_enabled,menu-animation-line-through,side_area_uncovered,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

Pierre Restany – 1965

Il n’y a pas de révolution du regard sans une pro-fonde motivation logique correspondante. Au coeur de l’illusion non-figurative végétait le tourment, pressentiment inquiet, d’un stade plus profond de la matière, d’une autre dimension de la nature. Le microscope électronique nous a montré des neurones qui étaient des Mathieu, des éléments du cortex cérébral qui étaient des Pollock, des fibres utérines qui étaient des Nus de Fautrier. L’art abstrait, en tant que refus de représentation du récl, a épuisé ainsi sa motivation. Les Nouveaux Realistes on fait redescendre l’art sur terre, en plein phénomène sociologique, industriel, urbain. Le sens d’une nature moderne est la directe emanation de la coscience planétaire. Pour l’artiste d’aujourd’hui le Monde est un Tableau, dont il nous donne à voir l’un des fragments, dotés d’universelle signifiance: la partie prise pour le tout. Le monde d’Ezio Gribaudo est le monde de la typographie, de l’impression, de l’édition. Les matrices, les plombs, les clichés de la photo-gravure se sont imposés a lui dans leur pleine virtualité expressive, comme une source intarissable d’images poétiques et neuves. Les empreintes qu’il en tire, par estampage direct, évoquent tantot la géographie lointaine d’une Inde mystérieuse, tantot le contour sacré des héros d’une mythologie a redécouvrir. Nos ancêtres n’en voyaient pas plus dans les étoiles. La réalité technologique offre à qui sait voir les perspectives infinies du cosmos. A travers les configurations du métal, ses stratifications, ses creux, ses courbes de niveaux, Ezio Gribaudo a su retrouver l’essence de tous les mythes. Ses gravures marquent les pages d’une légende des siècles née dans la nuit des temps et qui s’en va chevaucher, les années-lumière.